Jeune diplômée d’acupuncture traditionnelle en 2004, j’avais été très déçue à l’époque de ne pas « sentir » ce qu’était l’énergie. J’avais une liste de recettes adaptées à chaque pathologie, les résultats n’étaient pas mauvais, mais je ne pouvais m’en satisfaire.

 

Si la clé du ressenti de l’énergie était dans les pratiques corporelles chinoises, j’y poursuivrais ma quête. Thérapeute dans l’âme, j’ai cherché dans « l’art corporel de santé » du Qi Gong.

Les formes de Qi Gong sont aussi nombreuses que variées. J’ai donc expérimenté plusieurs formes avec beaucoup de plaisir mais sans pouvoir faire véritablement le lien avec ma pratique de thérapeute. Jusqu’au jour de 2008 où je rencontrais Maître Zhang Ming Liang de l’Ecole E Mei. Pour la première fois, je découvrais une méthode complète qui me permettait d’expérimenter et de vérifier dans mon corps tous les aspects de la théorie médicale chinoise: le Yin/Yang, les 5 éléments et leurs relations profondes avec les organes, la relation entre l’énergie de l’Homme et l’énergie de l’Univers au travers des 24 énergies …

Ce fut le début de ma qualité de « chercheuse en énergétique ». Cette quête m’anime au quotidien dans le cadre de mon cabinet d’acupuncture ou dans mes cours de Qi Gong.

Puis en 2012, j’ai abordé ce que je considère être le fleuron de l’acupuncture : l’acupuncture de Toyohari. Créée par des aveugles au Japon il y a 400 ans, perpétuée encore actuellement par des aveugles au Japon et enseignée à Amsterdam pour la branche européenne, il s’agit d’une technique sans insertion d’aiguille : l’aiguille est apposée sur le point d’acupuncture. L’aiguille ne sert donc pas à  « piquer » mais à « diriger l’énergie » : la technique de Toyohari alliée à la pratique du Qi Gong de l’Ecole E Mei me permet d’être efficiente. Diplômée de Toyohari-Europe depuis juin 2013, je continue mes recherches avec mes collègues européens et dans le cadre de mon cabinet. Cette acupuncture m’a reliée à un ressenti plus fin, un regard intérieur, celui des aveugles.

Enfin depuis 2014, j’ai eu l’occasion d’approcher la lithothérapie bioénergétique telle qu’elle est enseignée par Régina Martino à Paris. Cela m’a permis de décloisonner mes connaissances : il n’y a pas l’énergétique chinoise d’un côté et les autres techniques énergétiques.  Les cristaux et pierres nous auto-enseignent : ils nous permettent de comprendre notre matière et nous révèlent nos blocages. Ils permettent de fluidifier la matière jusqu’à comprendre que celle-ci est déjà Lumière. Ce travail m’a semblé tellement similaire au travail du qi gong que j’associe de plus en plus les deux mais je peux les proposer dans leur forme originelle également.

Passionnée par les résultats obtenus par le Qi Gong de l’Ecole E Mei et la lithothérapie bioénergétique, j’aimerais, à mon tour, vous les faire découvrir. . Ma qualité de thérapeute permet d’analyser quel mouvement peut être donné ou interdit en fonction de l’état énergétique de la personne. Si par exemple vous arrivez avec une migraine, 10 minutes après elle aura significativement réduit ou disparu grâce aux mouvements que vous aurez par la même occasion appris.

J’enseigne essentiellement à Saumur. Pour préserver la qualité de l’échange, je travaille en petits groupes de 10 personnes maximum. On n’y expose pas sa pathologie, mais on y apprend à ressentir l’énergie sans jugement et à la réguler. On y découvre, au travers de ses différentes manifestations, la diversité humaine, l’ouverture et la convivialité.